Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
REFERENCES

SANTE, SALAIRES ET PRODUCTIVITE 

AU FIL DES FUSEAUX HORAIRES AUX USA 

Heure du Coucher du Soleil et Effets Économiques du “Jetlag Social”: Évidence aux Confins des Zones Horaires aux Etats Unis d'Amérique

📊 CHIFFRES
Effet #avancementdelheure aux 🇺🇸

Etude parue dans Journal of Health Economics de Mai 2019

Coucher du ☀️ 1h + tard coté est (droit de la ligne de démarcation)
-3% en salaires
82$ frais santé en + / pers
23$ perte productivité / pers
+ 21% d'obésité
+19% crises cardiaques
+5% cancer du sein

Objet de notre communiqué de presse du 20 Mai 2019

VOIR LE COMMUNIQUE POUR TRADUCTIONS ET CHIFFRES FRANÇAIS

Osea Giuntella, Fabrizio Mazzonna;

Sunset time and the Economic Effects of“Social Jetlag”: Evidence from US Time Zone Borders;

Journal of Health Economics (Mai 2019), ISSN: 1879-1646, Vol: 65, Pages: 210-226

https://doi.org/10.1016/j.jhealeco.2019.03.007

Abstract (EN)

The rapid evolution into a 24 h society challenges individuals’ ability to conciliate work schedules and biological needs. Epidemiological research suggests that social and biological time are increasingly drifting apart (“social jetlag”). This study uses a spatial regression discontinuity design to estimate the economic cost of the misalignment between social and biological rhythms arising at the border of a time-zone in the presence of relatively rigid social schedules (e.g., work and school schedules). Exploiting the discontinuity in the timing of natural light at a time-zone boundary, we find that an extra hour of natural light in the evening reduces sleep duration by an average of 19 minutes and increases the likelihood of reporting insufficient sleep. Using data drawn from the Centers for Disease Control and Prevention and the US Census, we find that the discontinuity in the timing of natural light has significant effects on health outcomes typically associated with circadian rhythms disruptions (e.g., obesity, diabetes, cardiovascular diseases, and breast cancer) and economic performance (per capita income). We provide a lower bound estimate of the health care costs and productivity losses associated with these effects.

Résumé (FR)

L'évolution rapide vers une société du 24h met au défi la capacité des individus à concilier horaires et besoins biologiques. Les recherches épidémiologiques suggèrent que les temps social et biologique s'éloignent de plus en plus («décalage horaire social»). Cette étude utilise un design de régression sur discontinuité spatiale pour estimer le coût économique du désalignement entre rythmes sociaux et biologiques se produisant à la frontière d'un fuseau mis en présence d'horaires sociaux relativement rigides (horaires de travail et scolaire, par exemple). En exploitant la discontinuité temporelle de la lumière naturelle à une limite de fuseau horaire, nous constatons qu'une heure supplémentaire de lumière naturelle le soir réduit la durée du sommeil de 19 minutes en moyenne et augmente la probabilité de signalement d’un sommeil insuffisant. À partir de données tirées des centres de contrôle et de prévention des maladies et de l’organisme du recensement américain , nous trouvons que la discontinuité temporelle de la lumière naturelle a des effets importants sur les résultats de santé, généralement associés aux perturbations du rythme circadien (obésité, diabète, maladies cardiovasculaires, etc.. cancer du sein) et sur la performance économique (revenu par habitant). Nous fournissons une estimation de la limite inférieure des coûts des soins de santé et des pertes de productivité associées à ces effets.

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus